Jeudi 16 Août 2018
Rechercher sur le site :  
Mairie de Garidech (31)
MAIRIE INFOS PRATIQUES ACTUALITÉS SOCIAL & CULTUREL ENTREPRISES ASSOCIATIONS CONTACT
Suivez nous sur Google+ Accueil Devenez Fan sur Facebook Accueil
 
Imprimer la page Imprimer la page...
Rubrique Actualités
Rubrique Actualités
Actualités
 Agenda des festivités
 Conseils municipaux
 Arrêtés municipaux
 Garidech dans la presse
Projets
 Travaux sur la commune
 Travaux réalisés
Publications
 Journaux municipaux
 Garidech en vidéos
 Archives - Journaux municipaux
 Archives - Revue de presse
 
     

Garidech dans la Presse

La Mairie de Garidech est abonnée aux journaux régionaux. Vous pouvez consulter à la Mairie les coupures de presse des articles parus sur le village. Sur cette page, les cinq derniers articles parus dans les journaux... (dernière mise à jour le 14/08/2018)

la liste complète des articles parus depuis mars 2008 est accessible sur la page "Archive - Revue de presse" : cliquez ici


Article de La Dépêche du 11 août 2018.
  Le général Pénelon apprécié du président Poincaré

Photo La Dépêche du MidiMarie Jean-Baptiste Pénelon, né en 1863, entre dans l'histoire du village en épousant en 1895 la fille unique du général Toulza. Polytechnicien, il gravit très vite les échelons et c'est avec le titre de lieutenant-colonel du génie qu'il entre à l'Elysée en qualité d'officier de la Maison Militaire du Président de la République du président Fallières, puis de Raymond Poincaré jusqu'à la déclaration de guerre.

Colonel au quartier général du Maréchal Joffre il est chargé de faire la liaison entre l'état-major et le gouvernement. C'est dans cette fonction qu'il tisse des liens privilégiés avec le président Poincaré qui appréciait sa franchise et la qualité de ses rapports. Déjà au début de sa carrière, il avait attiré l'attention de ses supérieurs qui le disait officier très militaire, homme du monde et lui prédisaient un brillant avenir. Promu général de brigade il commande le Génie de la 3e Armée. La guerre finie, Raymond Poincaré le rappelle auprès de lui et le nomme secrétaire général militaire à la Présidence de la République et chef de la Maison Militaire du président ; il est général de division. Muté dans les forces d'occupation en Rhénanie en qualité de commandant d'une région il devient ensuite commandant du Génie et des services de communications.

Il passera les vingt dernières années de sa vie à Garidech dans le château construit par Jean Beziat que son épouse avait hérité du général Toulza, entrecoupées de brefs séjours à Paris. Il y a encore quelques années d'anciens habitants se souvenaient de lui comme une personne affable et serviable. Grand officier de la Légion d'honneur, il décède à Paris en 1936 ; il est enterré au village dans le caveau familial auprès du général Toulza et de Jean Béziat.


Article de La Dépêche du 10 août 2018.
  Vide-greniers de rentrée : on s'inscrit

Photo La Dépêche du MidiVoici le deuxième rendez-vous incontournable et toujours couronné de succès de l'année. Après celui de printemps, organisé par le comité des fêtes, le vide-greniers d'automne se tiendra le dimanche 2 septembre place Charles-Latieule, dans les rues et le beau parc autour de la mairie. Une journée toujours courue des collectionneurs, des chineurs et amateurs de bonnes affaires. Dans tous les cas une belle idée de sortie. Il sera possible de se restaurer sur place.

Renseignements et inscriptions à la mairie de 9 heures à 12 heures au 05 61 84 2501 où une urne est déposée dans le hall d'accueil afin de collecter les inscriptions. On peut téléphoner aussi au comité des fêtes de 19 heures à 21 heures au 06 84 11 0740. La clôture des réservations est prévue le mercredi 29 août à 12 heures

Tarifs : 3 m 11 €, 6 m 20 €, 10 m 32 €, tarif dégressif au-delà de 10 mètres.


Article de La Dépêche du 9 août 2018.
  Le Général Toulza, figure marquante du village

Photo La Dépêche du MidiAprès la famille Gaillac, et plus près de notre époque, une nouvelle personnalité marquante du village et de la France : le général François Victor Gaston Toulza. Né en 1838 à Saint-Etienne, dans la Loire, il devient garidéchois en épousant Georgina Béziat en 1873. Elle était la fille de Jean Béziat, châtelain au village et neveu du général Dupuy, célèbre compagnon de Napoléon. Polytechnicien en 1857, il entre à l'école d'application de l'artillerie et du génie à Metz, puis devient professeur à l'école militaire de Saint-Cyr. Pendant la guerre de 1870, capitaine, il défend la ville de Neuf-Brisach assiégée, qui devra capituler. Prisonnier, il sera détenu en Allemagne.

De retour en France, ses diverses affectations le conduiront à Perpignan, Toulouse, Paris, Calais et Bayonne. Chevalier de la Légion d'honneur en 1875, chef d'escadron puis lieutenant-colonel, il est nommé en 1888 au cabinet militaire du Président de la République Sadi Carnot en qualité d'officier d'ordonnance ; il le restera jusqu'en 1891.

Général de brigade en 1895, il prend le commandement de l'Ecole Polytechnique de 1896 à 1900. C'est à ce titre qu'il a été indirectement associé à l'affaire Dreyfus en suspendant de cours Edouard Grimaux. Ce dernier avait signé une pétition en faveur de la révision du procès de Dreyfus et avait témoigné en faveur de Zola lors de son procès pour diffamation intenté par le gouvernement après la publication dans «L'Aurore» de «J'accuse». Il faut garder à l'esprit qu'à cette époque l'école dépendait directement du ministère de la Guerre, laissant peu de latitude, même à son directeur. Versé dans la Réserve en 1900 en qualité de commandant de la 124e brigade de réserve puis des dépôts de Toulouse, commandeur de la Légion d'honneur, il décède à Garidech en 1907 à l'âge de 68 ans.


Article de La Dépêche du 4 août 2018.
  Les Gaillac, capitouls et seigneurs de Garidech

Photo La Dépêche du MidiL'été peut être propice à un retour aux sources sur les anciennes familles qui ont marqué l'histoire du village. À commencer par la famille Gaillac.

Originaire de Toulouse cette famille de marchands, de gens de robe, a acquis la noblesse de par la fonction capitulaire de certains de ses membres. En effet dès 1205, Guillaume de Gaillac est élu capitoul, premier d'une longue liste puisque jusqu'en 1551 les membres de cette famille furent honorés 18 fois de cette fonction.

Ils apparaissent au village en 1458 à la suite d'un accord entre Guillaume de Gaillac procureur du roi auprès du sénéchal et frère Jean du Puy, précepteur de la commanderie des chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem de Garidech, au sujet de la seigneurie du Puy-Saint-Pierre (aujourd'hui Prexempeyre). Divers actes et documents attestent de leur présence au village. Le 11 juillet 1521, lors de la pose de la première pierre de l'église Saint-Jean-Baptiste, sont présents Guiraude de la Gaymarie veuve de Bernard de Gaillac seigneur du Puy-Saint-Pierre, Pierre et Jacques de Gaillac.

Au XVIIe siècle, le registre paroissial mentionne Jérôme de Gaillac à plusieurs reprises. En qualité de témoins aux mariages de Guilhaume Antagnague et Arnaude Audun et de Jean Combes avec Bernarde Moussie en 1671. Pour le baptême de ses filles qu'il a eu avec Gabrielle de Poussy, Elizabeth en 1682 et Marie en 1687. Ayant fait ses preuves écrites depuis 1538, il fut maintenu noble par jugement souverain ; il était seigneur du Puy Saint Pierre et coseigneur direct de Garidech. Ses armes sont d'azur à une étoile à seize raies d'or. Propriétaire foncier au village, dans les actes il est désigné comme bien tenant (propriétaire). On trouve encore des membres de cette famille cités dans le registre paroissial au XVIIIe siècle.


Article de La Dépêche du 1er août 2018.
  Plan canicule : les seniors surveillés de près

Photo La Dépêche du MidiS'il n'est pas encore effectif, tout est prêt. C'est une habitude de la municipalité depuis déjà plusieurs années. Les élus et les agents techniques sont mobilisés à tour de rôle pour assurer des visites d'été chez les seniors garidéchois. Une vingtaine de personnes est inscrite en mairie. Des distributions d'eau sont prévues. Outre cette surveillance, ces visites apportent une sécurité et un réconfort très appréciés aux habitants les plus fragiles. Tous sont connus et recensés par les élus. Cependant, les nouveaux arrivants peuvent s'inscrire à la mairie pour bénéficier de ce service.

   
 haut de la page
  Dernière mise à jour du site : 14/08/2018
© 2008-2018 - Réalisation : Mairie de Garidech
Cookies | Mentions légales | Plan du site | Statistiques